logo

ico-fcico-twitico-you

De quoi parle-t-on ?

DE FAUX MÉDICAMENTS ! DES MÉDICAMENTS QUI NE SONT PAS CE QU’ILS PRÉTENDENT ÊTRE
ET DESTINÉS À TROMPER LE CONSOMMATEUR. MÊME EMBALLAGE, MÊME FORME, MÊME COULEUR… MAIS FAUX !

gauche1

DES COMPRIMÉS QUI EN RÉALITÉ NE CONTIENNENT PAS CE QUE L’ON CROIT

2016-10-14_1607

CE SONT DES PRODUITS FABRIQUÉS EN DEHORS DE TOUTE RÉGLEMENTATION
ET DANS DES CONDITIONS INSALUBRES

À QUI PROFITE LE CRIME ?

gauche2

LE TRAFIC DE FAUX MÉDICAMENTS FINANCE
DES GROUPES CRIMINELS ET TERRORISTES.
CES GROUPES PROFITENT DU MANQUE D’INFORMATION DES POPULATIONS

droite2

EN AFRIQUE, DANS CERTAINES RÉGIONS,
PLUS D’UN MÉDICAMENT SUR TROIS EST UN FAUX

QUE FAIRE ?

NE PAS ACHETER DE MÉDICAMENTS DANS LA RUE OU SUR DES MARCHÉS

quefaire-1

ACHETER SES MÉDICAMENTS
DANS DES PHARMACIES

quefaire-2

VÉRIFIER L’ASPECT DES EMBALLAGES
ET DES MÉDICAMENTS

quefaire-3

SE MÉFIER DES INDICATIONS OU NOTICES
DOUTEUSES

(Langues étrangères, fautes d’orthographe…)

LES actualités

L’Union Internationale des Avocats (UIA) organisait les 30 juin et 1er juillet à Yaoundé, Cameroun, un séminaire international consacré à la distribution du médicament en Afrique. Partenaire de l’événement, la fondation Chirac y intervenait pour dénoncer le trafic de faux médicaments et appeler à la coopération entre professionnels de santé et hommes de loi contre ce fléau.

LIRE LA SUITE >>

L’arnaque en santé ne se limite pas aux faux médicaments. Le commerce de faux diplômes de médecine est, lui aussi, florissant.

LIRE LA SUITE>>

Après avoir signé la Convention MEDICRIME au mois de février 2017, le Burkina Faso s’apprêterait à ratifier ce texte international de lutte contre le trafic de médicaments falsifiés.

LIRE LA SUITE>>